désacralisons l'image négative liée au CBD :

Lorsque l’on parle de cannabis, on pense d’abord drogues, fumette, substances psychotropes et illicites.
Depuis quelques années et ce grâce aux études faites et publiées, la plante est désormais considérée autrement et nous commençons à pouvoir en tirer tous les bienfaits en toute sécurité. 

Pour rappel: le chanvre est connu et utilisé depuis des milliers d’années en herboristerie, et la loi Européenne autorise aujourd’hui dans toute l’Europe les produits à base de CBD qui ne sont pas considérés comme stupéfiants. Cependant la loi française, malgré le caractère 100% légal des produits contenant 0% de THC, n’autorise pas à donner d’informations sur les propriétés thérapeutiques des produits au CBD.  Il faut en effet rappeler que ceux-ci ne sont pas destinés à la guérison de maladies, ni à la prévention de celles-ci. Il est conseillé de consulter votre médecin avant de consommer du CBD et d’utiliser les produits conformément à leur usage recommandé. 

Vous trouverez ci-dessous les informations de base pour appréhender le CBD et son utilisation, issues d’études scientifiques dont les sources sont précisées à la fin. 

Qu’est-ce-que le CBD (ou cannabidiol) ?

Le plant de chanvre possède deux principaux groupes de molécules possédant des propriétés bio actives : les terpènes et les cannabinoïdes .

Les cannabinoïdes les plus courants sont notamment le THC et le CBD. Ils sont cependant différents au niveau chimique et par leurs effets.

Le THC, recherché généralement en fumant de l’herbe ou résine de cannabis, a des effets psychoactifs et modifie l’état de conscience de celui qui l’absorbe, il génère de forts effets secondaires et une addiction comme toutes les drogues. Les produits contenant du THC sont illégaux en France.

En parallèle, le CBD ou cannabidiol est non psychoactif et ne présente pas d’effets secondaires. Il agit sur les récepteurs du système nerveux et n’a donc pas d’influence sur les fonctions du cerveau.

Cette substance est considérée comme non addictive et sans danger par l’OMS. Le CBD est parfaitement légal en France.

Extraction CBD

L’action du CBD dans le corps:

Dans les années 1990, la recherche sur les effets produits par le cannabis a permis la découverte du système endocannabinoïde (SEC) des mammifères.

Le système endocannabinoïde (SEC) dont sont équipés tous les mammifères est à la base de l’action du CBD sur le corps humain.

C’est un ensemble de récepteurs cellulaires et de molécules situés dans notre corps, dans le système nerveux et dans les cellules du système immunitaire. Le SEC serait à l’origine de l’homéostasie, le processus de régulation qui permet de conserver le fonctionnement normal de l’organisme.

homeostasie

Le CBD va mimer l’action des endocannabinoïdes que nous produisons naturellement et interagir avec ces récepteurs de l’homéostasie, Le CBD ne modifie pas l’état de conscience des consommateurs car il agit directement sur les récepteurs liés à la douleur, à l’angoisse, l’inflammation, etc. Il pourrait même servir à traiter de nombreuses autres affections.

Le CBD n’a donc pas d’influence sur les fonctions du cerveau et ne modifie pas l’état psychique. Cela explique que cette substance est considérée non addictive et sans danger par l’OMS.

Donc, à l’inverse du THC, le CBD ne modifie pas l’état de conscience des consommateurs : il agit directement sur les récepteurs liés à la douleur, à l’angoisse et à l’anxiété (ce qui explique qu’il soit légal en France).

Le CBD est une substance qui agit en douceur, sans dépendance ni effets sur le cerveau, contrairement au tabac, à l’alcool et autres drogues, qui sont des substances hautement psychoactives.

Les produits à base de CBD, et contenant 0 % de THC sont parfaitement légaux. 

La prise de CBD engendre-t-elle des effets secondaires ?

Les études menées au sujet du CBD montrent aujourd’hui qu’il y a peu d’effets indésirables en prise normale. Le CBD est considéré comme un produit sûr et peu toxique. Les rapports présentent quelques effets secondaires minimes tels que:

  • Sensation de bouche sèche: Les récepteurs CB1 et CB2 du SEC, quand ils sont activés, freinent la production de salive, d’où la sensation de bouche sèche après avoir pris du CBD.
  • En cas de prise de fortes doses :  étourdissements, notamment dus à la légère baisse de la pression artérielle que de fortes doses peuvent entraîner , et somnolence de part la fonction de relaxation appuyée du CBD.
  • Interactions avec les médicaments : le CBD peut avoir des interactions avec les enzymes métabolisant les médicaments, notamment celles appartenant à la famille du cytochrome P450. Une fois que le CBD est métabolisé par le P450, il finit par concrètement remplacer les enzymes et les empêchent donc de métaboliser les autres médicaments. Ceux qui suivent un traitement devraient consulter leur médecin avant de prendre du CBD. 

Les applications du CBD :

Aujourd’hui on constate que le CBD utilisé dans de nombreux domaines de la santé ou pour le bien-être au quotidien.

Au fur et à mesure du temps et des études publiées depuis une quinzaine d’années, on constate que les effets positifs du CBD sont très nombreux. Il est de plus en plus utilisé selon les affections suivantes :

– Les douleurs et inflammations

– Les nausées,

– Les problèmes de peau dont l’acné

Le stress, l’anxiété, la dépression

– Certaines affections mentales psychotiques

– L’épilepsie, la maladie de Parkinson, l’Alzheimer

– L’arthrose rhumatoïde,l’arthrite,

– La sclérose en plaques

– Le cancer

– Le diabète

– Les problèmes de foie

– L’alcoolisme et le sevrage tabagique

– La préparation ou la récupération sportive

Sources 

Bref, la liste est longue, et ne finit pas de s’allonger.

Ainsi, le CBD permet de contrer les douleurs musculaires et neuropathiques. Il s’avère très efficace également dans la réduction des symptômes douloureux d’origine neurologique, ainsi que dans l’amélioration de la qualité de vie des patients atteints de fibromyalgie, par exemple. En cancérologie, il est de plus en plus utilisé pour éviter les douleurs et les nausées en particulier.

Gardons quand même en tête que l’étude du CBD (isolé des autres substances actives du cannabis) est relativement récente. La recherche médicale se poursuit mais laisse déjà entendre que l’impact du CBD sur le traitement des malades pourrait ouvrir la porte à des traitements révolutionnaires et surtout beaucoup plus naturels !

Le CBD est désormais également utilisé pour nos amis les animaux de compagnie, afin de réduire leurs douleurs inflammatoires quand il s’agit de seniors, ou de traiter des problèmes de comportement en cas de fort stress.

Répétons-le, le cbd, présenté sous forme de liquide à vapoter, d’huile ou de produits alimentaires, n’a pas d’effet stupéfiant sur le consommateur. Donc pas d’effet « défonce » similaire à celui procuré par le THC. 

Notons que« des études suggèrent qu’il pourrait bloquer les effets addictifs de certaines drogues »« moduler les niveaux d’anxiété […] et réduire certaines réponses au stress », explique Stéphanie Caillé-Garnier, neurobiologiste au CNRS, spécialisée dans l’addiction.

Comment utiliser les produits au CBD selon mon besoin ?

Le CBD n’élimine ou n’empêche pas les symptômes, il agit sur le système nerveux pour en réduire les impacts en stimulant votre SEC et en demandant à l’organisme de ne pas s’en soucier et de vaquer à ses occupations. Cette substance est d’autant plus efficace qu’elle fonctionne comme un prolongement des propres défenses naturelles de notre système nerveux.

Il existe plusieurs façons de consommer du CBD. car il est principalement considéré comme un complément alimentaire.

Chaque produit présente des taux de CBD différents, et il faut donc les essayer et les tester sur plusieurs jours pour affiner selon ses besoins. En effet cela dépend de la biodisponibilité de chacun (en fonction du % de principe actif absorbé par le corps, celui-ci à une façon de réagir à la molécule qui dépend de la génétique, comme pour l’alcool ou la cigarette).

L’huile au CBD :

On l’absorbe à l’aide d’un goutte-à-goutte que l’on intègre dans un aliment ou une boisson ou simplement de placer la pipette sous la langue pour un effet plus rapide et efficace. Les huiles vont présenter des concentrations en CBD variables, plus ou moins fortes, à adapter selon les besoins. C’est la méthode la plus simple et qui présente un effet plus efficace dans la mesure où le CBD arrive directement dans le sang en passant par les micro vaisseaux qui se trouvent sous la langue. La molécule n’est donc pas filtrée par la digestion, ou altérée par la combustion.

photo-of-woman-wearing-bonnet-3577298
Les solides : herbes mélangées, pâtes, ou wax

La législation française aujourd’hui interdit de fumer ou d’ingérer ces produits. Ils ne sont destinés qu’à la collection.

Dans d’autres pays, ils peuvent être fumés, vaporisés, ou ingérés.

cbd-solide-amnesia-1
Herbe CBD Legale Afgan Skunk

– Les gélules :

Elles se dissolvent dans l’estomac, l’effet est plus long à venir mais dure plus longtemps.

– Les e-liquides :

Utilisés dans une cigarette électronique. Absorbé par les poumons, le CBD passe très rapidement dans le sang (plus vite que dans le cas d’une ingestion) et permet de doser sa prise en fonction du temps de vapote selon l’effet recherché. De nombreux e-liquides proposent des arômes variés qui permettent de vapoter du CBD en toute discrétion.

E-liquide CBD Full Spectrum
Vapoter du CBD
– Les produits cutanés :

A appliquer sur la peau. Le CBD reste surtout utilisé par ce biais pour traiter des troubles localisés. (douleurs aux articulations, acné, maladies de la peau, etc.).

Huile soin CBD
massage huile CBD

– Les produits d’épicerie : tisanes, thé, etc.

Permettent d’ingérer des quantités légères de CBD dans un produit pour profiter d’un moment relaxant.

Thé matcha CBD
thé au cbd
Pour nos amis les animaux :

Comme vu précédemment, l’utilisation du CBD est de plus en plus présente dans le monde animal. En effet, tout comme nous, ils possèdent un système endocannabinoide proposant des récepteurs CBD1 et CBD2. Mais également produisant des endocannabinoïdes. Ainsi, vous pouvez administrer à vos animaux les mêmes compléments alimentaires CBD que vous utilisez vous-même.

Huile CBD animaux 5%
Huile au CBD pour animaux

Est-ce que les produits au CBD sont légaux ?

Si, en France, la culture et la consommation de cannabis restent illégales, comment peut-on alors commercialiser et consommer le CBD, une molécule présente dans le cannabis ?

Rappelons que la substance interdite dans de nombreux pays est le THC, aux effets psychoactifs. Ce n’est pas le cas du CBD, qui peut être acheté et consommé sous des formes variées. En France, la commercialisation du CBD, dépourvu de tout effet psychotrope, est donc légale depuis une annonce du ministère de la Santé en novembre 2017. Cette loi a été motivée par le fait que la substance n’est  ni addictive ni toxique. 

Voir point sur la législation ici :https://www.drogues.gouv.fr/actualites/cannabidiol-cbd-point-legislation

Pour être plus précis, la production agricole, le commerce et l’utilisation industrielle de la variété de chanvre Cannabis sativa L, qui va être à l’origine de la production de CBD, sont autorisés par le droit européen. Nous pouvons ainsi trouver des produits fabriqués en France issus de chanvre français. 

Le droit français restreint la production et l’emploi industriel de chanvre à ses fibres et ses graines.  Donc les produits issus des fleurs et des feuilles ne sont pas présentés sur ce site car sont considérés comme illégaux en France (même s’ils sont autorisés par le droit Européen…. À suivre !) 

Sur ce site, les produits au CBD présentés contiennent 0 % de THC, pour être tout à fait en accord avec la loi. . 

En résumé :

– le cannabidiol est une molécule dépourvue de drogue,

– l’action du CBD est dénuée d’effet psychotrope, de dépendance, et d’effets secondaires lourds

– le CBD permet de prendre de soin de soi de manière 100% naturelle

– le CBD est 100 % légal.

Sources :

Free Radical Biology and Medicine, en septembre 2011,

PLOS One, en 2011,

Douleur et analgésie, en juin 2012,

Bioorganic & Medicinal Chemistry, en 2015,

European Journal of Pain, en juillet 2016

British Journal of Pharmacology en décembre 2010 et en août 2011

ournal of Clinical Investigation, en juillet 2014,

Experimental Dermatology, en avril 2016

Neuropsychopharmacology, en mai 2011 

Revista Brasileira de Psiquiatria, en juin 2012,

CNS & Neurological Disorders, en août 2014,

Neuropharmacology, en octobre 2015

Journal of the American Society for Experimental NeuroTherapeutics, en septembre 2015,

Current Neuropharmacology, en mai 2016.

Current Pharmaceutical Design, en juin 2012,

European Neuropsychopharmacology, en novembre 2013.,

Schizophrenia Research, en février 2015,

Journal of Psychiatric Research, en 2016,

Maastricht Student Journal of Psychology and Neuroscience, en novembre 2017

New England Journal of Medicine paru en mai 2017

Epilepsia en mars et en mai 2014

Phytotherapy Research, en octobre 2008,

Molecular Pharmacology, en février 2011,

Pharmacological Research, en février 2016.

Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, en août 2000,

Frontiers in Endocrinology, en novembre 2012,

PLOS One, en novembre 2013,

Journal of Bone and mineral research, en mars 2015,

European Journal of Pain, en octobre 2015.

Neurobiology of Disease, en novembre 2013., Journal of Pharmaceutical Sciences, en janvier 2016, Epilepsia, en octobre 2016

Molecular Cancer Therapeutics, en juillet 2011, Breast Cancer Research and Treatment, en août 2011, British Journal of Pharmacology, en mai 2012

Autoimunity, en avril 2006, Current Pharmacogenomics and Personalized Medicine, en septembre 2009, Journal of the American College of Cardiology, en décembre 2010

Free Radical Biology & Medicine, en mars 2014, Mediators of Inflammation, en avril 2015

Addictive Behaviors, en avril 2013, Substance Abuse : Research and Treatment, en mai 2015, Neurotherapeutics, en octobre 2015.

Retour haut de page